Portraits #4 Farda


AF Mutsamudu
Farda Michel travaille comme bibliothécaire à l’Alliance depuis 2001. Celle qui se définit comme « une enfant de l’Alliance » a à cœur de pousser les enfants le plus haut possible. Portrait.

Bonjour Farda, vous êtes à l’Alliance depuis 15 ans, que représente-t-elle pour vous?

C’est un lieu qui signifie beaucoup pour moi. Nos enfants viennent ici pour apprendre, c’est un lieu important.

Et la bibliothèque ?

J’aime pouvoir y recevoir les gens, leur proposer des nouveautés lorsque nous recevons des ouvrages et faire lire les adhérents. Le livre représente la connaissance, l’évasion. Lire nous permet d’apprendre tout en oubliant le stress, c’est un formidable outil de détente.

Y a-t-il un ouvrage que vous aimez en particulier ?

« Vendue » de Betty Mahmoody. C’est un livre très fort qui m’a marquée et profondément émue. La jeune femme dont on raconte la vie est une vraie rebelle. J’en ai fait le sujet d’un exposé lorsque j’étais encore étudiante à l’Alliance. C’est un travail que m’avait demandé l’actuel président de l’Alliance, Saïd Salim, qui était alors professeur.

Vous avez été étudiante à l’Alliance avant d’y travailler ?

Oui, je la fréquente depuis très longtemps, je suis une enfant de l’Alliance ! Et d’avoir été étudiante ici m’a fait connaitre tous les « trucs » : impossible de chiper des livres en ma présence. Plus sérieusement, je tiens à inciter les parents à envoyer leurs enfants ici. On voit réellement ce qu’on peut leur apporter à la bibliothèque. Quand ils arrivent ils ont du mal à lire, puis peu à peu, grâce aux cours et aux animations que l’on fait, ils acquièrent de nouvelles connaissances. On les voit vraiment évoluer et les parents nous disent qu’ils voient eux-mêmes la différence. C’est un objet de fierté pour toute l’équipe.

Un souvenir particulier de l’Alliance pour terminer ?

Une année, nous avons dû repeindre l’Alliance. Toute l’équipe s’y est mise. On travaillait tous à fond, nous étions très soudés dans l’effort, un vrai travail d’équipe ! L’Alliance c’est un peu comme une famille.