Portraits # 2 Youssouf


youssouf
Youssouf Bacar est le cœur de l’Alliance depuis 2000. Il revient avec nous sur 15 ans d’engagement.

Bonjour Youssouf, vous êtes à l’Alliance depuis 2000 et fêterez cette année votre 16ème année au sein de l’équipe administrative…

Oui, j’ai été recruté comme chauffeur pour des missions ponctuelles, puis en 2001 j’ai intégré l’équipe permanente de l’Alliance. Peu à peu je suis passé par toutes les fonctions, j’ai été « l’homme à tout faire » sollicité à la régie, à la bibliothèque, pour les cours également. Depuis 2007, je suis logisticien.

Qu’est-ce que vous aimez dans votre travail ?

Tout. La culture, l’éducation… je m’investis beaucoup car comme je suis père de famille, je connais l’importance de l’éducation. Je sais que ce qui est fait en la matière à l’Alliance est de qualité, je connais la valeur des profs qui ont tous été formés… l’Alliance apporte un véritable plus aux enfants qui la fréquentent. Je travaille pour eux.

Des souvenirs particuliers de ces années AF ?

Je me souviens d’une catastrophe qui nous est arrivée, la veille du départ en vacances de Caroline [la directrice en poste entre 2010 et 2012]. Alors qu’elle devait partir en voyage le lendemain, nous avons subi une grosse inondation. La salle de spectacle s’est remplie d’eau, jusqu’à la scène. Nous nous sommes battus tous ensemble pour éviter la catastrophe mais le mur d’enceinte a fini par céder sous la pression de l’eau.
Des bons souvenirs, j’en ai beaucoup. Travailler ici tout simplement, côtoyer du monde, des étrangers qui viennent ici de passage ou pour plus longtemps… on vit l’interculturalité au quotidien.

Vous êtes au volant de la voiture de l’Alliance… comme vous, elle a vu quantité de choses !

Cette voiture a fait le tour d’Anjouan, elle a été maintes fois réparée et tient toujours. A un moment elle faisait de drôles de bruits on avait l’impression d’être dans un train. Sur les routes cabossées d’Anjouan c’était un véritable « disco dansé » comme disait Le Papa, le régisseur de l’Alliance : les essieux nous faisaient danser sur nos sièges.

Lorsque vous n’êtes pas à l’Alliance, à quoi vous occupez-vous ?

Je suis père de famille et grand-père de deux petits bouts de chou. J’ai appris à mes enfants à me considérer comme un ami qui sait les écouter. Mes enfants ont réussi leurs études, avec mention. Je suis fier d’eux. Et aujourd’hui je suis un grand-père poule, je m’amuse avec mes enfants, ma femme. Je ne considère pas ma femme comme celle qui doit tout faire à la maison. Je participe. Les femmes ne sont pas des marionnettes, il faut discuter dans un couple.

Vous souhaitez quel futur à l’Alliance ?

Qu’elle ait une longue vie et que ses responsables se donnent pour le bien de cet établissement. C’est un outil qui doit rester longtemps, pour nous tous, nos enfants, tout le monde.