Exposition photo WANA WATITI


expo wana watiti

WANA WATITI

Mariages précoces aux Comores

L’année passée j’ai été contacté par l’Alliance Française de Moroni pour faire le reportage photographique d’un projet piloté sur les mariages précoces et forcés aux Comores. J’ai accepté de bon gré, vu mon implication au niveau des droits de la femme en Afrique depuis presque dix ans, et je suis partie à la découverte du terrain, avec Madame SettTadjidine, sage femme et militante pour les droits de la femme depuis très longtemps aux Comores et Monsieur Shaban, ancien syndicaliste et militant pour les droits des femmes.

Ensemble, nous avons visité des jeunes femmes qui avaient accepté, par le biais des associations locales, de partager avec nous leur expérience. Même si certaines d’entre elles ont préféré rester anonymes, en changeant leur nom et en me demandant de couvrir leur visage, toutes avaient le même besoin de dénoncer cette situation dans laquelle la société comorienne les emprisonne. Effectivement, les jeunes adolescentes ne peuvent pas fréquenter leurs amis de l’école à défaut d’être mariées avec eux, pour ne pas porter honte à leur famille. Exploration et protection, deux éléments fondamentaux dans la vie de tout adolescent (autant des filles que des garçons !), sont donc bannis aux Comores. Cela engendre une série de problématiques, dont des grossesses précoces, des accouchements faits à la maison, des décès évitables, des séparations entre mariés à cause de l’immaturité des garçons qui ont de mal à assumer leur paternité si jeunes, et peut être même des problèmes obstétricaux comme les fistules, qui n’ont pas encore étés enquêtés à cause du tabou qui entoure ce sujet.

Comme dans tous les autres pays dans lesquels j’ai travaillé sur la condition de la femme, j’ai vu aux Comores le lien entre la place de la femme dans la société, sa santé, son éducation et la pauvreté de la société dans laquelle elle vit. Il faudrait réaliser que protéger la femme signifie protéger toute la communauté et travailler au vrai développement d’un pays.

J’espère que ce travail, qui est encore en cours, pourra soutenir le combat mené par les comoriens qui ne cessent de dénoncer les mariages forcés et précoces, en assumant les attaques, parfois violents, qui viennent de la société qu’ils essayent de changer.

 

Martina Bacigalupo, Kigali, Mars 2016

 

Chebli Studio Logo

 

 

 

Asmina Moussa, 17 ans, Nounga, Anjouan. Mes parents m’ont mariée quand j’avais 13 ans parce qu’ils soupçonnaient que je voyais des garçons mais moi je n’avais jamais connu un homme. Ils m’ont donc choisi un homme plus âgé que je connaissais déjà puisque c’était l’ami de mon oncle et j’ai dû accepter, je n’ai pas eu le choix. On a eu deux enfants, qui aujourd’hui ont 2 et 3 ans, et on a divorcé car il passait très rarement à la maison. J’ai été mariée à un autre homme mais on a divorcé vite parce qu’il ne s’occupait pas du tout des enfants. Maintenant je suis seule avec les enfants et je ne travaille pas. J’ai arrêté l’école en 6ème année du primaire et je voudrais bien y retourner mais mon père veut m’envoyer à Moroni chercher un autre mari. Alors j’attends peut être un autre mari.
Asmina Moussa, 17 ans, Nounga, Anjouan.
                                                               Mes parents m’ont mariée quand j’avais 13 ans parce qu’ils soupçonnaient que je voyais des garçons mais moi je n’avais jamais connu un homme. Ils m’ont donc choisi un homme plus âgé que je connaissais déjà puisque c’était l’ami de mon oncle et j’ai dû accepter, je n’ai pas eu le choix. On a eu deux enfants, qui aujourd’hui ont 2 et 3 ans, et on a divorcé car il passait très rarement à la maison. J’ai été mariée à un autre homme mais on a divorcé vite parce qu’il ne s’occupait pas du tout des enfants. Maintenant je suis seule avec les enfants et je ne travaille pas. J’ai arrêté l’école en 6ème année du primaire et je voudrais bien y retourner mais mon père veut m’envoyer à Moroni chercher un autre mari.Alors j’attends peut être un autre mari.
Asma Saidi, 18 ans, Fomboni, Mohéli A 12 ans je voyais souvent mon ami maçon et nos parents ont décidé de nous marier. J’étais en 4ème année de primaire et j’ai quitté l’école mais j’étais contente parce que je l’aimais. C’est après le mariage que je me suis rendu compte que j’avais fait une erreur parce que mon mari a commencé à me battre pour n’importe quelle petite chose. On a eu deux enfants et puis je l’ai mis à la porte parce que je n’en pouvais plus. Ca fait deux ans maintenant. Je n’ai pas de travail et la vie est dure.
Asma Saidi, 18 ans, Fomboni, Mohéli
                                                               A 12 ans je voyais souvent mon ami maçon et nos parents ont décidé de nous marier. J’étais en 4ème année de primaire et j’ai quitté l’école mais j’étais contente parce que je l’aimais. C’est après le mariage que je me suis rendu compte que j’avais fait une erreur parce que mon mari a commencé à me battre pour n’importe quelle petite chose. On a eu deux enfants et puis je l’ai mis à la porte parce que je n’en pouvais plus. Ca fait deux ans maintenant. Je n’ai pas de travail et la vie est dure.
Charfia Combo, 17 ans et Chaihani Darahima, 21 ans, Kiyo, Anjouan Il y a deux ans, Chahani, qui travaillait à Moroni au marché de Volo-Volo, est parti en vacances à Anjouan et a rencontré Charfia. « Elle était très belle et je suis tombé amoureux. Je suis parti demander sa main aux parents de Charfia mais eux ils ont refusé parce que j’étais pauvre. Alors je suis rentré à Moroni gagner de l’argent et quand j’ai eu assez je suis retourné à Anjouan payer la dot et là ils ont accepté. Même Charfia m’a accepté parce qu’elle m’aimait aussi. On s’est marié et je suis venu vivre à Anjouan car Moroni c’est trop cher à deux. Je suis éleveur de chèvres ici et cultivateur. Je ne regrette pas d’avoir quitté mon travail parce que je suis content avec Charfia ! On a un enfant d’un an et 1 mois et c’est Charfia qui s’en occupe à la maison parce qu’elle n’a jamais étudié donc elle ne va pas à l’école.
Charfia Combo, 17 ans et Chaihani Darahima, 21 ans, Kiyo, Anjouan
                                                               Il y a deux ans, Chahani, qui travaillait à Moroni au marché de Volo-Volo, est parti en vacances à Anjouan et a rencontré Charfia. « Elle était très belle et je suis tombé amoureux. Je suis parti demander sa main aux parents de Charfia mais eux ils ont refusé parce que j’étais pauvre. Alors je suis rentré à Moroni gagner de l’argent et quand j’ai eu assez je suis retourné à Anjouan payer la dot et là ils ont accepté. Même Charfia m’a accepté parce qu’elle m’aimait aussi. On s’est marié et je suis venu vivre à Anjouan car Moroni c’est trop cher à deux. Je suis éleveur de chèvres ici et cultivateur. Je ne regrette pas d’avoir quitté mon travail parce que je suis content avec Charfia ! On a un enfant d’un an et 1 mois et c’est Charfia qui s’en occupe à la maison parce qu’elle n’a jamais étudié donc elle ne va pas à l’école.
. Fanya Abdu Said, 15 ans, Fomboni, Mohéli C’était un accident. J’avais 14 ans et je ne connaissais pas la contraception et quand je suis tombée enceinte de mon petit ami maçon les parents nous ont mariés. J’étais en dernière classe de primaire et j’ai dû arrêter les études. Maintenant notre enfant a un an. Je ne veux pas d’autres enfants mais mon mari refuse qu’on fasse le planning familial et puisqu’ils m’ont expliqué qu’il faut obéir à son mari quand on est mariée, j’obéis.
Fanya Abdu Said, 15 ans, Fomboni, Mohéli
                                                               C’était un accident. J’avais 14 ans et je ne connaissais pas la contraception et quand je suis tombée enceinte de mon petit ami maçon les parents nous ont mariés. J’étais en dernière classe de primaire et j’ai dû arrêter les études. Maintenant notre enfant a un an. Je ne veux pas d’autres enfants mais mon mari refuse qu’on fasse le planning familial et puisqu’ils m’ont expliqué qu’il faut obéir à son mari quand on est mariée, j’obéis.
Faouzia Daoud, 13 ans, Kiyo, Anjouan J’ai eu mes règles à 9 ans et après les deux semaines du début de la puberté où je suis restée à la maison comme le veut la tradition, un monsieur est venu chez nous. Il était maçon. Je l’ai aimé parce qu’il m’amenait des cadeaux comme des huiles pour tresser les cheveux, des sandales et aussi de l’argent et vu que j’étais orpheline de père ça nous aidait. J’ai eu une grossesse non désirée l’année passée et on s’est marié. J’ai accouché à la maison avec l’aide de ma mère, l’enfant va bien et il a aujourd’hui 8 mois. Mon mari est parti chercher du travail à Mayotte mais il me dit qu’il a rien trouvé encore. J’aimerais retourner à l’école mais avec mon bébé je ne sais pas trop comment faire.
Faouzia Daoud, 13 ans, Kiyo, Anjouan
                                                               J’ai eu mes règles à 9 ans et après les deux semaines du début de la puberté où je suis restée à la maison comme le veut la tradition, un monsieur est venu chez nous. Il était maçon. Je l’ai aimé parce qu’il m’amenait des cadeaux comme des huiles pour tresser les cheveux, des sandales et aussi de l’argent et vu que j’étais orpheline de père ça nous aidait. J’ai eu une grossesse non désirée l’année passée et on s’est marié. J’ai accouché à la maison avec l’aide de ma mère, l’enfant va bien et il a aujourd’hui 8 mois. Mon mari est parti chercher du travail à Mayotte mais il me dit qu’il a rien trouvé encore. J’aimerais retourner à l’école mais avec mon bébé je ne sais pas trop comment faire.
Farda Ali, elle dit 18 ans (mais les voisins disent 15), Hachipenda, Anjouan Je me suis mariée l’année passée avec un garçon de l’école. C’est ma mère qui m’a forcée à me marier. Ici c’est à la mode de se marier donc pourquoi j’allais refuser ? Je ne suis jamais allée à l’école parce qu’ici on ne met pas souvent les filles à l’école.
Farda Ali, elle dit 18 ans (mais les voisins disent 15), Hachipenda, Anjouan
                                                               Je me suis mariée l’année passée avec un garçon de l’école. C’est ma mère qui m’a forcée à me marier. Ici c’est à la mode de se marier donc pourquoi j’allais refuser ? Je ne suis jamais allée à l’école parce qu’ici on ne met pas souvent les filles à l’école.
. Farzeline Anli, 16 ans, Nounga, Anjouan Ma sœur était mariée avec un vieux et elle avait des enfants. Mais un jour, en accouchant de son énième enfant, elle est morte. La famille m’a obligée de me marier avec le vieux pour que les enfants aient une mère. Ils ont même changé mon nom et ils m’ont donné le nom de ma sœur. Je n’étais pas contente au début mais maintenant ça va un peu mieux. Je suis enceinte de 7 mois.
Farzeline Anli, 16 ans, Nounga, Anjouan
                                                               Ma sœur était mariée avec un vieux et elle avait des enfants. Mais un jour, en accouchant de son énième enfant, elle est morte. La famille m’a obligée de me marier avec le vieux pour que les enfants aient une mère. Ils ont même changé mon nom et ils m’ont donné le nom de ma sœur. Je n’étais pas contente au début mais maintenant ça va un peu mieux. Je suis enceinte de 7 mois.
Hafsoita Ahamad, 16 ans, Mitsoudje, Ngazidja L’année passée je prenais souvent le même taxi et je m’entendais bien avec le taximan. A un moment il m’a demandé de sortir avec lui et je lui ai dit qu’il fallait demander ma main à ma famille. Il est venu mais ma famille a refusé. Moi j’ai insisté car c’était un homme bien : il ne fume pas, il ne boit pas, il ne vole pas et il n’est pas homo. Ma famille a fini par accepter, aussi parce qu’entre-temps j’étais tombée enceinte. J’ai accouché à la maison avec l’aide d’un voisin. Mon bébé a 8 mois aujourd’hui. J’ai arrêté l’école à 12 ans car je n’arrivais pas à suivre le rythme scolaire. Je voudrais retourner à l’école pour savoir bien prendre soin de mon fils.
Hafsoita Ahamad, 16 ans, Mitsoudje, Ngazidja
                                                               L’année passée je prenais souvent le même taxi et je m’entendais bien avec le taximan. A un moment il m’a demandé de sortir avec lui et je lui ai dit qu’il fallait demander ma main à ma famille. Il est venu mais ma famille a refusé. Moi j’ai insisté car c’était un homme bien : il ne fume pas, il ne boit pas, il ne vole pas et il n’est pas homo. Ma famille a fini par accepter, aussi parce qu’entre-temps j’étais tombée enceinte. J’ai accouché à la maison avec l’aide d’un voisin. Mon bébé a 8 mois aujourd’hui. J’ai arrêté l’école à 12 ans car je n’arrivais pas à suivre le rythme scolaire. Je voudrais retourner à l’école pour savoir bien prendre soin de mon fils.
Laina Arkane, 15 ans, Fomboni, Mohéli Quand j’avais 13 ans un monsieur est venu chez nous demander ma main et ma famille a accepté de nous fiancer. Peu après le monsieur est venu pour coucher avec moi et moi j’ai refusé. Il est revenu peu après et il est arrivé à coucher avec moi, je ne sais même pas comment, je crois qu’il a utilisé du gri-gri ! Je suis tombée enceinte et je l’ai haï pour ça. Il ne m’a jamais mariée et il m’a demandé de quitter l’école mais moi j’ai refusé. Je suis en 2ème année de collège et je vais devenir une enseignante. Ma famille m’aide avec mon enfant, qui a aujourd’hui un an et demi.
Laina Arkane, 15 ans, Fomboni, Mohéli
                                                               Quand j’avais 13 ans un monsieur est venu chez nous demander ma main et ma famille a accepté de nous fiancer. Peu après le monsieur est venu pour coucher avec moi et moi j’ai refusé. Il est revenu peu après et il est arrivé à coucher avec moi, je ne sais même pas comment, je crois qu’il a utilisé du gri-gri ! Je suis tombée enceinte et je l’ai haï pour ça. Il ne m’a jamais mariée et il m’a demandé de quitter l’école mais moi j’ai refusé. Je suis en 2ème année de collège et je vais devenir une enseignante. Ma famille m’aide avec mon enfant, qui a aujourd’hui un an et demi.
Markize Bouchrane, 15 ans, Fomboni, Mohéli A 12 ans j’avais une histoire cachée avec mon petit ami et je suis tombée enceinte. Nos parents nous ont dit qu’il fallait nous marier, je n’ai pas eu le choix. A cette époque j’étais en deuxième année de collège et j’ai arrêté l’école. J’ai repris après mais je suis retombée enceinte et j’ai arrêté encore une fois. Mon deuxième bébé a 5 mois maintenant et j’ai recommencé l’école, ma mère m’aide. Mon père aussi, quand il peut (il est pêcheur et quand il trouve quelque chose il nous aide). Je vis chez elle avec les deux enfants. Mon mari est parti il y a trois mois pour Anjouan, je ne sais pas faire quoi. Je pensais qu’il allait revenir mais il y a deux jours il m’a appelé pour me dire qu’il ne reviendra pas.
Markize Bouchrane, 15 ans, Fomboni, Mohéli
                                                               A 12 ans j’avais une histoire cachée avec mon petit ami et je suis tombée enceinte. Nos parents nous ont dit qu’il fallait nous marier, je n’ai pas eu le choix. A cette époque j’étais en deuxième année de collège et j’ai arrêté l’école. J’ai repris après mais je suis retombée enceinte et j’ai arrêté encore une fois. Mon deuxième bébé a 5 mois maintenant et j’ai recommencé l’école, ma mère m’aide. Mon père aussi, quand il peut (il est pêcheur et quand il trouve quelque chose il nous aide). Je vis chez elle avec les deux enfants. Mon mari est parti il y a trois mois pour Anjouan, je ne sais pas faire quoi. Je pensais qu’il allait revenir mais il y a deux jours il m’a appelé pour me dire qu’il ne reviendra pas.
Youssouf Nadhoimou, « Mgomri », 17 ans, Mhandani, Ngazidja Je ne voulais pas me marier moi. Je l’aimais beaucoup « Malika » mais je ne voulais pas me marier tout de suite, je voulais qu’on grandisse un peu, qu’elle termine l’école primaire et qu’elle apprenne un métier, que moi je puisse aussi trouver un travail. Je suis trop jeune pour m’occuper d’une femme. Mais quand ils nous ont trouvés dans ma cabane ils nous ont presque amenés en prison, alors on a accepté de se marier. Ces mariages précoces sont un problème chez nous car ça ne nous laisse même pas le temps d’apprendre un métier.
Youssouf Nadhoimou, « Mgomri », 17 ans, Mhandani, Ngazidja
                                                               Je ne voulais pas me marier moi. Je l’aimais beaucoup « Malika » mais je ne voulais pas me marier tout de suite, je voulais qu’on grandisse un peu, qu’elle termine l’école primaire et qu’elle apprenne un métier, que moi je puisse aussi trouver un travail. Je suis trop jeune pour m’occuper d’une femme. Mais quand ils nous ont trouvés dans ma cabane ils nous ont presque amenés en prison, alors on a accepté de se marier.
Ces mariages précoces sont un problème chez nous car ça ne nous laisse même pas le temps d’apprendre un métier.
Hadija « Malika », 16 ans, Mhandani, Ngazidja Un jour de l’année passée un garçon a envoyé une fille me dire qu’il m’aimait, moi je lui ai répondu que je voulais sortir aussi avec lui et il m’a donné rendez-vous quelque part et on a passé la journée ensemble. Quand ma mère est rentrée du marché elle m’a demandée et elle a entendu les voisins dire qu’il y avait une fille dans la cabane d’un garçon, elle est venue me chercher avec mon oncle. Ils nous ont trouvés là-bas, mais on ne faisait rien de mal. Mon oncle voulait nous amener tous les deux à la prison mais ma mère a demandé qu’on nous marie plutôt. On s’est donc mariés, mais je continue à vivre chez ma mère et je continue l’école. Je suis en 7ème année de primaire et je vais faire l’examen national pour passer au collège. Mon mari a 17 ans et il ne va pas à l’école il travaille comme maçon mais moi je veux continuer.
Hadija « Malika », 16 ans, Mhandani, Ngazidja
                                                               Un jour de l’année passée un garçon a envoyé une fille me dire qu’il m’aimait, moi je lui ai répondu que je voulais sortir aussi avec lui et il m’a donné rendez-vous quelque part et on a passé la journée ensemble. Quand ma mère est rentrée du marché elle m’a demandée et elle a entendu les voisins dire qu’il y avait une fille dans la cabane d’un garçon, elle est venue me chercher avec mon oncle. Ils nous ont trouvés là-bas, mais on ne faisait rien de mal. Mon oncle voulait nous amener tous les deux à la prison mais ma mère a demandé qu’on nous marie plutôt. On s’est donc mariés, mais je continue à vivre chez ma mère et je continue l’école. Je suis en 7ème année de primaire et je vais faire l’examen national pour passer au collège. Mon mari a 17 ans et il ne va pas à l’école il travaille comme maçon mais moi je veux continuer.
 

Fatima Youssoufi, 15 ans, Fomboni, Mohéli Je suis en première année de collège et je suis tombée enceinte l’année passée d’un garçon de la 4ème année. J’ai eu mon bébé il y a quelque mois. Mes parents voulaient qu’on se marie mais le garçon est parti étudier dans un autre village donc c’est difficile pour le moment. Je continue l’école puisque ma famille m’aide avec le bébé mais je regrette d’avoir eu cet enfant en dehors du mariage car mes amis m’insultent à cause de cela et je souffre beaucoup.
Fatima Youssoufi, 15 ans, Fomboni, Mohéli
 Je suis en première année de collège et je suis tombée enceinte l’année passée d’un garçon de la 4ème année. J’ai eu mon bébé il y a quelque mois. Mes parents voulaient qu’on se marie mais le garçon est parti étudier dans un autre village donc c’est difficile pour le moment. Je continue l’école puisque ma famille m’aide avec le bébé mais je regrette d’avoir eu cet enfant en dehors du mariage car mes amis m’insultent à cause de cela et je souffre beaucoup.
 

 

Saroi Anli, 15 ans, Hachipenda, Anjouan Je me suis mariée à 13 ans. C’est moi qui ai voulu. Je sortais avec un garçon que j’aimais et un jour il a demandé ma main à mes parents. Ma mère ne voulait pas car j’étais trop petite mais moi j’ai insisté et elle a fini par accepter. Mon père avait déjà accepté car on est 7 enfants à la maison. J’étais contente mais après le mariage mon mari m’a demandé de quitter l’école car il ne voulait pas que je voie d’autres garçons. Aujourd’hui j’ai un enfant de 2 ans mais l’école me manque et je voudrais y retourner mais lui il refuse. J’étais bonne à l’école, surtout en français…j’aurais voulu faire cette interview en français mais je ne peux pas.
Saroi Anli, 15 ans, Hachipenda, Anjouan
  Je me suis mariée à 13 ans. C’est moi qui ai voulu. Je sortais avec un garçon que j’aimais et un jour il a demandé ma main à mes parents. Ma mère ne voulait pas car j’étais trop petite mais moi j’ai insisté et elle a fini par accepter. Mon père avait déjà accepté car on est 7 enfants à la maison. J’étais contente mais après le mariage mon mari m’a demandé de quitter l’école car il ne voulait pas que je voie d’autres garçons. Aujourd’hui j’ai un enfant de 2 ans mais l’école me manque et je voudrais y retourner mais lui il refuse. J’étais bonne à l’école, surtout en français…j’aurais voulu faire cette interview en français mais je ne peux pas.
Najida Minhadj, 16 ans, Hachipenda, Anjouan Je fréquentais un garçon, un vendeur d’habits de Moroni qui était venu à Anjouan en vacances. On s’est aimé et je suis tombée enceinte. Il a dit qu’il allait me marier après avoir vu le bébé mais il n’est pas encore revenu nous voir. Le bébé a 3 mois. Je pense qu’il va revenir. J’étais en 1ère année de collège avant mais j’ai arrêté car je n’ai pas les moyens de me payer les fournitures. Le papa nous envoie de l’argent de temps en temps donc pour le moment j’arrive à m’occuper du bébé.
Najida Minhadj, 16 ans, Hachipenda, Anjouan
 Je fréquentais un garçon, un vendeur d’habits de Moroni qui était venu à Anjouan en vacances. On s’est aimé et je suis tombée enceinte. Il a dit qu’il allait me marier après avoir vu le bébé mais il n’est pas encore revenu nous voir. Le bébé a 3 mois. Je pense qu’il va revenir.
J’étais en 1ère année de collège avant mais j’ai arrêté car je n’ai pas les moyens de me payer les fournitures. Le papa nous envoie de l’argent de temps en temps donc pour le moment j’arrive à m’occuper du bébé.
Nina Hamada Said, 25 ans, Fomboni, Mohéli Quand j’avais 11 ans et demi ma famille m’a forcée à me marier avec un garçon avec lequel je sortais. Je suis tombée enceinte tout de suite après et le bébé est mort 10 jours après l’accouchement, je ne sais pas pourquoi. La même année je suis encore tombée enceinte et j’ai eu mon ainé. Six mois après le papa m’a quittée mais j’ai trouvé un autre homme et je me suis mariée avec lui, on a eu un enfant et puis 3 mois après l’accouchement il m’a battue et je l’ai chassé. Après cela je suis partie à Moroni et j’ai aimé un garçon et je suis tombée enceinte mais les familles ont refusé qu’on se marie. Je suis alors rentrée à Mohéli avec mes trois enfants et le deuxième mari qui me battait est revenu et il m’a demandé pardon. Je l’ai accepté encore une fois mais il a recommencé à me battre et j’ai jusqu’à aujourd’hui des cicatrices indélébiles. Je l’ai quitté. Après cela j’ai eu mon troisième mari et on a eu trois enfants et j’attends le quatrième. Mais au troisième mois de cette dernière grossesse il m’a fait du mal et il m’a quitté. Le bébé va naitre dans quelques jours et je ne sais pas quoi faire : je n’ai pas de travail, personne ne m’aide. Je me sens perdue. Mes enfants vont à l’école mais j’ai du mal à payer. J’aimerais plus me marier mais je me demande sans l’aide d’un homme comment je vais m’en sortir…
Nina Hamada Said, 25 ans, Fomboni, Mohéli

 Quand j’avais 11 ans et demi ma famille m’a forcée à me marier avec un garçon avec lequel je sortais. Je suis tombée enceinte tout de suite après et le bébé est mort 10 jours après l’accouchement, je ne sais pas pourquoi. La même année je suis encore tombée enceinte et j’ai eu mon ainé. Six mois après le papa m’a quittée mais j’ai trouvé un autre homme et je me suis mariée avec lui, on a eu un enfant et puis 3 mois après l’accouchement il m’a battue et je l’ai chassé. Après cela je suis partie à Moroni et j’ai aimé un garçon et je suis tombée enceinte mais les familles ont refusé qu’on se marie. Je suis alors rentrée à Mohéli avec mes trois enfants et le deuxième mari qui me battait est revenu et il m’a demandé pardon. Je l’ai accepté encore une fois mais il a recommencé à me battre et j’ai jusqu’à aujourd’hui des cicatrices indélébiles. Je l’ai quitté. Après cela j’ai eu mon troisième mari et on a eu trois enfants et j’attends le quatrième. Mais au troisième mois de cette dernière grossesse il m’a fait du mal et il m’a quitté. Le bébé va naitre dans quelques jours et je ne sais pas quoi faire : je n’ai pas de travail, personne ne m’aide. Je me sens perdue. Mes enfants vont à l’école mais j’ai du mal à payer. J’aimerais plus me marier mais je me demande sans l’aide d’un homme comment je vais m’en sortir…

Ramna Djamaldin, 15 ans, Fomboni, Mohéli L’année passée mes parents ont entendu que j’avais une relation avec un garçon et ils nous ont forcés à nous marier. Je ne voulais pas, je n’étais pas prête, j’ai essayé de m’y opposer mais j’ai été forcée. Je suis tombée enceinte tout de suite et j’ai un enfant d’un an maintenant. Mon mari a quitté l’école et il est ouvrier. Moi j’ai arrêté à cause du bébé et je suis à nouveau enceinte. Je compte continuer l’école après ce deuxième accouchement. Je regrette quand même. Rien que penser que je ne peux pas jouer avec mes amis de l’école me fait pleurer.
Ramna Djamaldin, 15 ans, Fomboni, Mohéli
 L’année passée mes parents ont entendu que j’avais une relation avec un garçon et ils nous ont forcés à nous marier. Je ne voulais pas, je n’étais pas prête, j’ai essayé de m’y opposer mais j’ai été forcée. Je suis tombée enceinte tout de suite et j’ai un enfant d’un an maintenant. Mon mari a quitté l’école et il est ouvrier. Moi j’ai arrêté à cause du bébé et je suis à nouveau enceinte. Je compte continuer l’école après ce deuxième accouchement.
Je regrette quand même. Rien que penser que je ne peux pas jouer avec mes amis de l’école me fait pleurer.
Fathuhiya Chaenrane, 15 ans, Fomboni, Mohéli Quand j’avais 13, 14 ans un homme plus grand qui faisait le mécanicien m’a demandée en fiançailles. Moi je ne le connaissais pas mais j’ai trouvé que ma famille avait déjà accepté. Je suis tombée enceinte et j’ai eu mon bébé l’année passée. Maintenant on a divorcé avec mon mari parce qu’il allait chercher d’autres femmes. J’ai quitté l’école mais j’aimerais y retourner mais je n’ai pas les moyens. Ma famille ne m’aide pas car ils n’ont rien à me donner. Je ne sais pas ce que je vais faire.
Fathuhiya Chaenrane, 15 ans, Fomboni, Mohéli
 Quand j’avais 13, 14 ans un homme plus grand qui faisait le mécanicien m’a demandée en fiançailles. Moi je ne le connaissais pas mais j’ai trouvé que ma famille avait déjà accepté. Je suis tombée enceinte et j’ai eu mon bébé l’année passée. Maintenant on a divorcé avec mon mari parce qu’il allait chercher d’autres femmes. J’ai quitté l’école mais j’aimerais y retourner mais je n’ai pas les moyens. Ma famille ne m’aide pas car ils n’ont rien à me donner. Je ne sais pas ce que je vais faire.
Souranta Abdala, 16 ans, Fomboni, Mohéli J’ai deux enfants, un de 3 ans et un de 1 an. J’ai dû me marier avec mon ami de l’école duquel j’étais tombée enceinte. Nos deux familles s’entendent bien et nous aident pour aller à l’école. Je suis en deuxième du collège et mon mari est en dernière année du lycée. J’aimerais aller jusqu’à l’Université pour devenir institutrice.
Souranta Abdala, 16 ans, Fomboni, Mohéli
 J’ai deux enfants, un de 3 ans et un de 1 an. J’ai dû me marier avec mon ami de l’école duquel j’étais tombée enceinte. Nos deux familles s’entendent bien et nous aident pour aller à l’école. Je suis en deuxième du collège et mon mari est en dernière année du lycée. J’aimerais aller jusqu’à l’Université pour devenir institutrice.
Hadissati Kamar, 20 ans, Kiyo, Anjouan A 16 ans je sortais avec un garçon de l’Université mais on avait décidé de continuer les études et de se marier après. Nos parents l’ont su et ils nous ont obligés à nous marier. Je suis tombée enceinte tout de suite après et on a eu un enfant. Peu après mon mari a dû nous quitter parce que ma famille lui rendait la vie impossible car il avait déshonoré leur fille. On a essayé de continuer à se voir mais c’était trop compliqué et maintenant je suis fiancée avec un autre garçon qui est à sa première année de lycée comme moi. Ma famille m’aide avec mon bébé qui a aujourd’hui 3 ans. Quand je serai grande je voudrais devenir médecin.
Hadissati Kamar, 20 ans, Kiyo, Anjouan
 A 16 ans je sortais avec un garçon de l’Université mais on avait décidé de continuer les études et de se marier après. Nos parents l’ont su et ils nous ont obligés à nous marier. Je suis tombée enceinte tout de suite après et on a eu un enfant. Peu après mon mari a dû nous quitter parce que ma famille lui rendait la vie impossible car il avait déshonoré leur fille. On a essayé de continuer à se voir mais c’était trop compliqué et maintenant je suis fiancée avec un autre garçon qui est à sa première année de lycée comme moi. Ma famille m’aide avec mon bébé qui a aujourd’hui 3 ans. Quand je serai grande je voudrais devenir médecin.
Zaidath Maoulida, 12 ans, Kiyo, Anjouan J’ai eu mon enfant il y a 3 mois avec mon copain d’école. Sa maman ne veut pas qu’on se marie. J’accepte cet enfant car c’est Dieu qui l’a voulu, mais je voudrais retourner à l’école.
Zaidath Maoulida, 12 ans, Kiyo, Anjouan
 J’ai eu mon enfant il y a 3 mois avec mon copain d’école. Sa maman ne veut pas qu’on se marie. J’accepte cet enfant car c’est Dieu qui l’a voulu, mais je voudrais retourner à l’école.
Ramida Darkatin, 16 ans, Mnazi-Chume, Anjouan J’ai aimé un garçon et je suis tombée enceinte. Mes parents voulaient me marier à un autre garçon mais moi j’ai refusé et ça fait deux ans qu’on s’est marié. Mon mari va passer son BAC cette année mais moi j’ai dû arrêter à cause des enfants. J’en ai deux, un de 2 ans et un de 4 mois.
Ramida Darkatin, 16 ans, Mnazi-Chume, Anjouan
 J’ai aimé un garçon et je suis tombée enceinte. Mes parents voulaient me marier à un autre garçon mais moi j’ai refusé et ça fait deux ans qu’on s’est marié. Mon mari va passer son BAC cette année mais moi j’ai dû arrêter à cause des enfants. J’en ai deux, un de 2 ans et un de 4 mois.
Yasmina Miftahou, 16 ans, Kony Djojo, Anjouan Je me suis mariée à 15 ans avec mon fiancé parce que j’étais tombée enceinte. Et mon père a voulu qu’on se marie. J’ai perdu mon premier bébé et j’ai eu un deuxième qui a maintenant 8 mois. Je ne vais plus à l’école, de toute façon je n’étais pas bonne. Pour avoir un peu d’argent je couds les bonnets.
Yasmina Miftahou, 16 ans, Kony Djojo, Anjouan
 Je me suis mariée à 15 ans avec mon fiancé parce que j’étais tombée enceinte. Et mon père a voulu qu’on se marie. J’ai perdu mon premier bébé et j’ai eu un deuxième qui a maintenant 8 mois. Je ne vais plus à l’école, de toute façon je n’étais pas bonne. Pour avoir un peu d’argent je couds les bonnets.
Hafidhoiti Maendhu, 18 ans, Kiyo, Anjouan Je me suis mariée tout de suite après mes règles avec un homme plus âgé qui me draguait et je l’ai aimé. J’ai eu ma fille ainée avec lui, qui a aujourd’hui 8 ans, et après il est parti. Après je me suis remariée avec un autre homme, on a eu trois enfants et on est toujours ensemble. On est cultivateurs donc on s’en sort mais je ne vais pas accepter que mes enfants se marient trop tôt il faut d’abord qu’ils fassent leurs études et qu’ils trouvent un travail.
Hafidhoiti Maendhu, 18 ans, Kiyo, Anjouan
 Je me suis mariée tout de suite après mes règles avec un homme plus âgé qui me draguait et je l’ai aimé. J’ai eu ma fille ainée avec lui, qui a aujourd’hui 8 ans, et après il est parti. Après je me suis remariée avec un autre homme, on a eu trois enfants et on est toujours ensemble. On est cultivateurs donc on s’en sort mais je ne vais pas accepter que mes enfants se marient trop tôt il faut d’abord qu’ils fassent leurs études et qu’ils trouvent un travail.